La France est-elle une puissance maritime?

La France dispose de la deuxième Zone économique exclusive (ZEE) mondiale. Pourtant, sa flotte de pêche périclite et sa marine de guerre baisse régulièrement dans le classement des marines mondiales. La France possède-t-elle une réelle ambition de puissance maritime ?

En dépit de la taille de sa ZEE, la France ne semble pas avoir la volonté d’être une puissance maritime.

En dépit de la taille de sa ZEE, la France ne semble pas avoir la volonté d’être une puissance maritime.

I. Le mirage de l’espace

La ZEE française est peu mise en valeur, mais peu valorisable.

Un fort potentiel. La ZEE (200 milles autour des côtes françaises) française est de 11 millions de km2. La Polynésie à elle seule possède une ZEE de 4 millions de km2. C’est la 2e plus vaste au monde après celle des États-Unis. Son domaine maritime, encore plus étendu, est le 1er au monde. Toutefois, cette zone est peu cohérente puisqu’elle s’étend sur les océans atlantique, pacifique et indien.

N.B. le domaine maritime d’un pays s’étend sur une zone de 350 milles autour de ses côtes. A la différence de la ZEE, le domaine maritime ne comprend pas la colonne d’eau, mais uniquement le sol et le sous-sol.

La mer : un secteur primaire, mais aussi industriel, à haute valeur ajoutée. L’économie maritime française représente 300 000 emplois directs (pour référence, l’automobile en représente 220 000). Naval Group et les chantiers de l’Atlantique (3000 salariés) possèdent un savoir-faire technologique et industriel fort. En ces temps de désindustrialisation, l’économie maritime est donc un secteur clef clef.

Peu de ressources. Toutefois, cette ZEE et ce domaine maritime recèlent peu de ressources en dehors des ressources halieutiques. Ils ne contiennent pas ou peu d’hydrocarbures : les recherches en Guyane ont été abandonnées. Seules les îles éparses pourraient receler du pétrole. S’il est probable que des terres rares se trouvent dans le sous-sol du domaine maritime français, leur recherche et leur exploitation représenteraient un défi technique et financier.

Une flotte de pêche en difficulté. La ZEE ne recèle donc que des ressources halieutiques. Or, la flotte de pêche française est en difficulté. Ses bateaux sont peu nombreux et en diminution. La Bretagne abritait 3000 navires de pêche en 1995, pour 1300 aujourd’hui. Les embarcations sont petites, 80 % font moins de 12 m. Elles sont aussi anciennes, avec une moyenne d’âge de 27 ans. L’entretien coûte donc cher et la rentabilité baisse. La situation est encore plus difficile outre-mer. La totalité de la ZEE polynésienne ne permet la capture que de 13 600 tonnes de poisson par an, alors que les seules îles Fidji font 44 000 tonnes de prises par an. De plus, cette pêche est essentiellement côtière, elle surexploite les côtes au détriment du large.

La taille de sa ZEE crée également des difficultés dans l’affirmation de la souveraineté de la France.

II. Une souveraineté difficile à affirmer

Alors l’espace maritime français pourrait être une source de puissance, les difficultés de la Marine Nationale à le contrôler en font un motif de fragilité.

Une marine nationale en perte de vitesse. La Marine nationale compte 120 navires de plus de 100 tonnes. Elle se classe au 7e rang mondial des marines de guerre, mais la tendance générale est au développement des forces navales partout dans le monde, sauf en Europe et aux États-Unis. Elle pourrait donc se voir rattraper dans les prochaines années, notamment par la Corée du Sud. En réalité, la marine de guerre française manque de moyens, par rapport à la zone qu’elle a à contrôler. Par exemple, elle ne déploie que 2 frégates de surveillance par océan. La Marine des États-Unis est 10 fois supérieure en tonnage, alors que les deux ZEE ont sensiblement la même taille.

Les distances entraînent des difficultés pour affirmer la souveraineté de la France sur sa zone maritime. Ainsi l’atoll de Clipperton, au large du Mexique, n’est visité qu’une fois par an par un bâtiment de la Marine nationale. L’atoll est inhabité, mais possède une piste d’atterrissage, régulièrement utilisée par les narcotrafiquants en toute impunité.

La France voit donc sa souveraineté remise en question par endroits. Ainsi, les îles éparses sont revendiquées par Madagascar, qui est soutenu par l’assemblée générale de ONU. Or, la ZEE de ces îles pourrait receler du pétrole, et en tout état de cause elles permettent de contrôler le canal du Mozambique. En conséquence, elles sont presque toutes habitées par un gendarme et des détachements militaires s’y relèvent. Ce sont les forces de souveraineté.

Tout cela n’empêche pas certains succès dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue dans les Antilles ou contre la piraterie . Ainsi, grâce à l’opération européenne Atalante, la piraterie au large de la Somalie a quasiment disparu.

La source de ces difficultés est que la France ne possède par véritablement la volonté d’être une puissance maritime.

III. Un manque de volonté

C’est par manque de volonté politique que l’espace maritime se transforme en faiblesse au lieu d’être un multiplicateur de puissance.

Pas de stratégie portuaire. Le Havre, 1er port de conteneurs français, ne pointe qu’à la 56e place mondiale. De fait, un conteneur sur deux à destination de la France ne passe pas par les ports français. Or la stratégie portuaire nationale 2018 se limite à la fusion des ports de Paris, le Havre et Rouen, et au rapprochement des ports méditerranéens. Édouard Philippe a même déclaré en substance en 2018 qu’il n’y avait pas de réelle stratégie portuaire en France. Le succès de CMA-CGM, 3e compagnie de transport maritime au monde ne doit pas éclipser la réalité de l’absence de stratégie nationale.

Faiblesse de l’investissement dans les Énergies Marines Renouvelables (EMR). La vaste ZEE française pourrait servir au développement des EMR. Or, il n’existe que peu d’infrastructures infrastructure productive, comme quelques parc hydroliens ou l’usine marémotrice de la Rance (qui affiche une puissance de 57 MWatts, contre 1 GW pour une centrale nucléaire). Le reste est à l’état d’expérimentation. L’État finance la recherche par des aides, à hauteur de 3 millions d’euros par an. Les EMR sont le parent pauvre des énergies renouvelables, qui donnent la priorité au solaire et à l’éolien. L’ambition française est d’afficher une production de 100 MW en 2023. À titre de comparaison, l’Écosse produit déjà une puissance de 1 GW grâce aux EMR.

Un global désintérêt. La mer n’est pas une priorité pour la France. Ses enjeux n’ont fait l’objet d’aucun discours majeur du président. La priorité donnée à la construction du nouveau porte-avion, compréhensible eu égard à la dissuasion nucléaire, montre que la France voit surtout dans la mer un milieu permettant la projection de puissance et la protection de son territoire par la dissuasion. Le contrôle efficace de son espace maritime restera problématique malgré l‘entrée en service prévue des Patrouilleurs océaniques et des Patrouilleurs Outre-Mer. Certes, la France s’est lancée dans des opérations de liberté de navigation (il s’agit de naviguer dans les eaux contestées) pour affirmer son rôle mondial, mais cela ne suffit pas à faire d’elle une puissance maritime. 

Cette distance française vis à vis de la mer prend ses racines dans la longue durée. Longtemps, la question de la puissance maritime s’est posée par opposition à la sécurité continentale. Ne pouvant faire effort partout, la France a tranché son dilemme aux dépens de la mer. Malgré quelques succès, sa marine n’a ainsi jamais pu rivaliser avec la Royal Navy.

*

La France ne se donne donc pas les moyens d’être une grande puissance maritime. Ce relatif désintérêt de la France pour la mer se comprend par la tension historique entre la sécurité du pays, qui a longtemps nécessité de mettre la priorité sur les forces terrestres, et sa puissance, qui s’exprime sur les mers.

Le basculement du monde vers l’Asie et la période de paix que connaît l’Union Européenne pourraient changer ce paradigme, à moins que les tensions régulières à l’Est ne viennent redonner son actualité à ce dilemme français.

*

Tipez ici !

Voir aussi Les APNM.